WhistleB estime que la nouvelle directive européenne sur la protection des lanceurs d’alerte est un grand pas en avant, mais que les entreprises peuvent faire plus

octobre 7, 2019

Une modification importante de la législation européenne devrait être approuvée définitivement aujourd’hui. Jamais une telle légitimité n’avait été accordée au lancement d’alerte, affirme WhistleB, le fournisseur mondial de services de lancement d’alerte basé en Suède.

La nouvelle loi obligera dorénavant les entreprises de 50 employés ou plus à mettre en place des canaux internes permettant le signalement de fautes. La loi protège également les employés et autres personnes contre les représailles lorsqu’ils signalent des fautes, notamment en matière de corruption ou de sécurité des produits.

« Nous nous félicitons du renforcement de la protection des lanceurs d’alerte. Les entreprises ont elles aussi tout à gagner à découvrir plus tôt les fautes et à les gérer en interne, de manière professionnelle et préventive. Nous savons néanmoins qu’elles peuvent en faire plus pour se protéger »,  affirme Gunilla Hadders, cofondatrice de WhistleB.

Une enquête réalisée par WhistleB auprès de ses clients en 2019 indique ainsi que 50 % de tous les rapports que les clients reçoivent concernent la corruption ou le harcèlement. Or, la nouvelle loi ne protège pas ceux qui signalent des cas de harcèlement. « Le harcèlement touche clairement de nombreuses personnes et de nombreux lieux de travail tous les jours. Les dirigeants d’entreprises devraient donc eux aussi savoir que le signalement les aidera à rendre les lieux de travail plus sûrs », déclare Karin Henriksson, l’autre cofondatrice de WhistleB.

La nouvelle directive stipule que les canaux de signalement doivent garantir la confidentialité de l’identité du lanceur d’alerte. « L’expérience nous montre clairement que l’anonymat est un facteur décisif pour encourager les gens à lancer une alerte. Il est essentiel à l’efficacité et à l’exactitude des enquêtes. C’est pourquoi les entreprises devraient autoriser le signalement anonyme et le dialogue si elles visent l’excellence dans les processus de lancement d’alerte. L’anonymat sera toujours le moyen le plus efficace de protéger les lanceurs d’alerte », remarque Gunilla Hadders.

Contact :

Gunilla Hadders, Fondatrice et associée chez WhistleB, Whistleblowing Centre
Tél. : +46 (0)70 214 88 73, E-mail : gunilla.hadders@whistleb.com

À propos de WhistleB

WhistleB est un fournisseur européen de services de lancement d’alerte et un expert en éthique des affaires et en conformité. Le système WhistleB est actuellement utilisé dans plus de 150 pays, dont tous les pays de l’UE.

Contactez-nous

Votre message a été envoyé avec succès. Nous vous contacterons dans les plus brefs délais.

There seems to be some problem when sending your message. Try again soon.

Founders blog

décembre 29, 2020 WhistleB vous souhaite ses meilleurs vœux ! Rétrospective 2020 sur nos dispositifs de lancement d’alerte
Tout voir ›

WhistleB news

EU whistleblower directive avril 13, 2021 Questions supplémentaires concernant la directive européenne sur la protection des lanceurs d’alerte
Tout voir ›

Webinars

best practices whistleblowing avril 20, 2021 Les bonnes pratiques en matière d’alertes professionnelles
Tout voir ›

Media

Questions supplémentaires concernant la directive européenne sur la protection des lanceurs d’alerte Comment le dispositif d’alerte éthique WhistleB est-il conforme à la Directive de l’UE sur la protection des dénonciateurs ? Perspective éthique dans le cadre de la norme ISO 37002 sur les systèmes de management des alertes