Depuis le début de la crise du COVID-19 au niveau mondial, le nombre de problèmes signalés par les lanceurs d’alerte a augmenté en Europe. En effet, entre janvier et mai, le fournisseur suédois et européen de solutions d’alertes professionnelles, WhistleB, a constaté une augmentation de 40 % du nombre d’alertes émises.

WhistleB estime qu’en moyenne, on produit un peu plus de deux rapports de signalement pour 1 000 employés au cours d’une année normale. Au total, environ 60 % d’entre eux conduisent à l’ouverture d’une enquête et à la mise en place d’autres types d’action. Mais ces derniers mois, la courbe du nombre de rapports a été très différente.

« En discutant avec nos clients, nous nous sommes rendu compte que le nombre de problèmes signalés avait fortement augmenté dans plusieurs pays européens, avec environ 750 à 1 000 cas reportés. La majorité de ces problèmes concernent les entreprises qui ne respectent pas les recommandations gouvernementales liées au télétravail. En effet, ces mesures stipulent que les travailleurs doivent pouvoir rester chez eux s’ils ne se sentent pas bien. Nous constatons actuellement que les lanceurs d’alerte ont peur d’être infectés par le virus, d’être harcelés ou de perdre leur emploi s’ils n’obéissent pas aux ordres. Les rapports peuvent également concerner les entreprises qui ne permettent pas à leurs clients de respecter les distances de sécurité », explique Gunilla Hadders, l’une des cofondatrices de WhistleB.

Gunilla Hadders and Karin Henriksson, Strategic Advisors, Founders of WhistleB

L’objectif d’un dispositif d’alerte éthique est de permettre aux entreprises de prévenir et de gérer les mauvaises conduites telles que les pots-de-vin, la corruption, le harcèlement sexuel ainsi que les risques liés à la santé et à la sécurité des clients et des employés. Conformément à de nouvelles lois européennes qui entreront en vigueur en 2021, toutes les entreprises de plus de 50 employés devront fournir l’accès à un canal de signalement.

« La majorité des entreprises ne disposent actuellement d’aucun dispositif d’alertes professionnelles. Elles sont maintenant tenues de fournir une protection efficace contre les incidents qui, sans action particulière, peuvent avoir de sérieuses conséquences, tant d’un point de vue financier que sur la réputation de l’entreprise. De tels dispositifs permettent aux membres des conseils administratifs et équipes de direction de recevoir rapidement des informations sur lesquelles ils peuvent agir, et protègent aussi les employés des risques de représailles découlant d’un signalement de plusieurs comportements déplacés. Nous avons été témoins de très nombreux exemples d’incidents qui ont été empêchés ou atténués grâce à l’intervention de lanceurs d’alerte », déclare Karin Henriksson, l’autre cofondatrice de WhistleB.

« Il est tout à fait compréhensible que les gens aient peur de devoir gérer ces questions délicates », continue-t-elle. « Pour ce type de dispositif, le plus important est donc que l’utilisateur se sente en sécurité lorsqu’il l’utilise et qu’il puisse rester anonyme. Cela peut souvent intégrer des aspects auxquels vous ne voudriez pas être mêlé. »

WhistleB a rédigé un manuel pour aider les entreprises qui doivent désormais mettre en œuvre un dispositif d’alerte éthique à être en conformité avec la directive européenne. Ce manuel a pour but d’aider les membres des conseils administratifs et équipes de direction à éviter les pièges les plus courants et de les soutenir tout au long du processus.

WhistleB est une entreprise suédoise spécialisée dans les dispositifs numériques d’alertes professionnelles qui a été fondée en 2011. L’entreprise fait partie de Navex Global, un groupe mondial qui fournit des solutions de conformité, et a déjà près de 500 clients, principalement en Europe, qui utilisent leur dispositif dans le monde entier.

Pour en savoir plus :
Gunilla Hadders, cofondatrice, WhistleB Whistleblowing Centre
Tél. : +46 70 214 88 73
E-mail : Gunilla.hadders@whistleb.com

Karin Henriksson, cofondatrice, WhistleB Whistleblowing Centre
Tél. : +46 70 444 32 16
E-mail : Karin.Henriksson@whistleb.com

Comment puis-je vous aider?
+

Bonjour

S'il vous plaît remplir le formulaire, et nous vous répondrons sous peu par e-mail.

Merci pour votre message. Nous revenons vers vous dès que possible (pendant les heures d’ouverture de bureau selon l’heure de l’Europe Centrale).